Industrie

Un homme sikh au Pakistan tué par des tueurs à gages embauchés par une fiancée: la police de Peshawar

Le meurtre de Ravinder Singh, le 25 – jeune Sikh âgé d'un an tué par des assaillants inconnus à Peshawar au Pakistan, s'est avéré être un travail de Hitmen embauché par sa fiancée.

Ravinder Singh était basé en Malaisie et était venu au Pakistan pour son mariage avec une fille nommée Prem Kumari. Il a rapidement été assassiné dans la ville de Mardan, dans la province de Khyber Pakhtunkhwa, au Pakistan. Son corps a ensuite été abandonné à Peshawar, au Pakistan.

“C'était un meurtre contractuel payé par la fiancée de Ravinder Singh, Prem Kumari, qui ne voulait pas l'épouser”, la police a déclaré.

“Elle a promis aux tueurs à gages une somme de Rs 7 lakh pour le meurtre de Ravinder. Une partie du montant engagé a été payée à l'avance, tandis que le reste devait être payé après le meurtre “, a indiqué la police à Peshawar.

Ravinder Singh appartenait au district de Shangla à Khyber Pukhtunkhwa et se rendait à Peshawar pour ses courses de mariage.

Cependant, les tueurs à gages l'ont tué à Mardan et ont jeté son corps dans un endroit désert.

La police a également révélé que les tueurs à gages ont également appelé la famille depuis le téléphone de Ravinder à demander une rançon visant à détourner toute enquête sur le meurtre contractuel.

“Tout cela a été fait pour détourner toute enquête sur le meurtre” la police

“TUERIE CIBLÉE”

La question du killi Le ng est devenu un point de critique vocal contre le traitement réservé par le Pakistan aux minorités sikhs, l'accusant d'être responsable de ce qu'ils ont appelé “assassinat ciblé” .

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères (MOFA), Aisha Farooqui, a critiqué les tentatives de l'Inde de calomnier le Pakistan en liant le meurtre de Ravinder Singh à la prétendue persécution des minorités religieuses.

“Tentatives indiennes de politisation Le meurtre tragique de la jeunesse sikh pakistanaise est espiègle et répréhensible. Ce crime ayant été signalé, un cas a été immédiatement enregistré et un comité de haut niveau a été constitué pour enquêter sur l'affaire. La loi suivra son cours et les responsables seront traduits en justice “, a déclaré Aisha Farooqui.

La porte-parole a également appelé le gouvernement Modi à se concentrer sur ce qu'elle a appelé” tragédie humaine en cours chez nous et protection des minorités indiennes contre la terreur du safran “.

Le Pakistan avait également convoqué le diplomate indien Gaurav Ahluwalia au ministère des Affaires étrangères pour protester contre les accusations de l'Inde à ce sujet.

“Le Pakistan rejette fermement les allégations sans fondement et fabriquées de mauvais traitements infligés à la communauté sikh minoritaire dans le pays” , a lu un communiqué de presse du MOFA.

Recevez des alertes en temps réel et toutes les nouvelles sur votre téléphone avec la toute nouvelle application India Today. Télécharger depuis

Related Articles

Close